• Bienvenue au Clg de Port-Louis

    Le site internet du collège de Port-Louis est la vitrine des nombreux projets réalisés tout au long de l'année. Il s'enrichit régulièrement et a pour objectif d'être le principal vecteur de communication de notre établissement

  • Bienvenue au Clg de Port-Louis

    Outil indispensable de communication, le site internet du collège de Port-Louis a pour objectif d'être la vitrine des nombreux projets réalisés tout au long de l'année N'hésitez pas à le consulter régulièrement.

  • Collège de PORT-LOUIS- Plan de continuité pédagogique
     
    Chers parents, chers élèves,
    Sur décision préfectorale, les collèges passeront en demi-jauge à compter du Lundi 19 avril 2021. Vous trouverez ci-dessous l’organisation retenue.
    Important : pour respecter les normes d’hygiène renforcées et ce jusqu’à la réouverture de la restauration à la Caisse des écoles, il n’y aura plus d’accueil des élèves sur le temps de midi, les ateliers sont également suspendus. Merci de prendre vos dispositions.
     
    Je reste à votre disposition pour toute question.                                                                               
    Bien cordialement,   
                                                                                                                                                                                 
      Le Principal

     
    1-Accueil des élèves en groupes réduits

    a-Toutes les classes de 6ième, 4ième, 3ième auront cours en demi-groupe afin de respecter la distanciation et un maximum de 15 élèves par salle. Les élèves de chaque demi-groupe viendront en cours un jour sur deux :
    Semaine A en présentielSemaine B en présentiel
    LundiGroupe 1LundiGroupe 2
    MardiGroupe 2MardiGroupe 1
    MercrediGroupe 1MercrediGroupe 2
    JeudiGroupe 2JeudiGroupe 1
    VendrediGroupe 1VendrediGroupe 2
     
     
    Les autres jours, les élèves travailleront en autonomie chez eux en consultant Pronote pour les devoirs à faire.
    b-Pour les élèves de 5ième, tous les élèves viendront au collège toute la semaine. 4 à 5 élèves de chaque groupe de 5ième seront pris en charge (en alternance) en salle d’étude ou CDI par la vie scolaire afin de maintenir la jauge de 15 élèves par salle. Pour ces élèves, le travail sera donc donné avant les cours de 5°.
    Cas particulier du brevet blanc des 22 et 23 avril : Les élèves de cinquième seront libérés pour les deux jours de brevet blanc.


     c-Pour les ULIS et les UEE, ils seront également accueillis toute la semaine.


    Les emplois du temps sont maintenus sauf exception pour quelques options. Toutes les modifications sont consultables sur Pronote : élèves et familles sont invitées à consulter Pronote tous les jours.
    On met en place le dispositif une classe, une salle : les élèves restent dans la même salle, ce sont les professeurs qui se déplacent.
     
    Répartition des classes par salle :
    ClasseSalle
    3°1G06
    3°2Salle de musique
    3°3G10
    4°1G07
    4°2T02
    4°3G08
    5° G1G05
    5° G2G04
    5° G3G09
    6°1G01
    6°2G02
    6°3G03
     
    2- La pédagogie

    Comment votre enfant va s’organiser avec un enseignement alternant cours en présentiel et travail en autonomie à la maison ?
    En présentiel :
    Cours : approfondissement, nouvelles notions, évaluations formatives courtes
    Réponse aux questions des élèves
    Correction du travail donné à la maison
    Programme de travail durant les journées de travail à distance en tenant compte du quota horaire durant lequel l’élève ne sera pas en présence du professeur sur ses heures à la maison.
    A la maison :
    Les exercices à faire sont détaillés sur Pronote et portent sur les notions vues en classe précédemment.
    Sur Pronote, les élèves peuvent demander des précisions aux enseignants en cas de difficultés.
    L’absence de matériel informatique à la maison ne devant pas freiner la progression des élèves, le travail à la maison sera réalisé sur feuille et rendu ultérieurement au professeur.
     
    3-Prise en charge des élèves en situation de décrochage 
    • Elle se fera dans un deuxième temps, à partir du Lundi 26 avril
    • Une réunion préparatoire permettra de cibler les élèves et d’adopter une stratégie commune
    • Priorité aux 6° et 3°
    • Ces élèves ciblés seront accueillis pendant les temps d’enseignement en distanciel, pour une prise en charge en demi-journée, les parents en seront avertis.
       
     

  •  J’étais âgée d’environ cinq ans. A cette époque-là, ma mère, mes sœurs et moi vivions chez mes grands-parents. Mon anniversaire arrivait à grands pas mais il n’était pas le seul ; le lendemain du mien, ma chère grand-mère et mon cher grand-père fêteraient leur quarante et unième anniversaire de mariage. Je ne me rendais pas réellement compte de ce que ce nombre représentait pour eux, mais face à la joie partagée par leurs enfants et certains membres de la famille, je réalisais mieux l’importance de cet évènement. Ma naïveté et mon manque de réflexion dus à mon jeune âge rendirent ma joie telle que je pris l’initiative de leur acheter un cadeau. Oh ! Ce fut à cet instant que toutes les péripéties commencèrent…
    Je voulais bien évidemment faire partie de la fête et y apporter ma contribution. Pour cela, rien de plus simple que d’acheter un cadeau, n’est-ce pas ? Mais comment ? Je n’avais pas un sou ! J’étais comme tous les enfants de mon âge : sans travail, nourrie, habillée, coiffée, logée… par mes parents. Soudain, une idée me traversa l’esprit. Je vous ai dit  que je manquais de réflexion… Je me dirigeai alors vers la chambre de mes grands-parents à pas de loup- Que j’étais excitée !- et pris discrètement 10€ du porte-monnaie posé sur la commode. J’avais réussi et mon cœur battait la chamade ! Comment ai-je pu penser que prendre ce billet, premièrement qui ne m’appartenait pas et en second lieu presque le voler était un acte sans gravité ? Des sous si durement gagnés. De plus, depuis quand  offre-t-on un cadeau payé avec le propre argent de la personne que l’on s’apprête à choyer ? Ça n’a aucun intérêt ! Victorieuse d’avoir avec tant de succès effectué la première partie de mon plan, je mis fièrement mon butin dans ma boîte à bijoux (Belle erreur !) et retournai ensuite à mes occupations.
    Je me souviens que le lendemain matin, si heureuse en me réveillant, je mis en place un plan très simple, du moins qui me semblait très simple, et une montée d’adrénaline parcourut mon corps. À la fin de l’école, lorsque la sonnerie retentirait, il serait alors seize heures et je me précipiterais au bazar, une boutique située à l’intersection au bout de la rue et achèterais le cadeau parfait ! Malheureusement, mon plan tomba à l’eau lorsque ma grand-mère m’adjura de rentrer  immédiatement à la maison (car oui, j’avais emprunté le chemin le plus court et celui-ci passait devant le domicile de mes grands-parents). J’étais déçue et aussi révoltée que les syndicalistes guadeloupéens. De ce fait, je ne prononçai pas un mot de toute la soirée jusqu’à ce que ma mère criât mon prénom et fît trembler les murs de la maison.
    Que se passait-il ? Avait-elle découvert mon plan ? Ou était-ce juste pour me gronder encore une fois car l’état de ma chambre était déplorable ? Quoi qu’il en soit, j’étais effrayée ! Ce que j’ignorais à l’époque, c’était que les mères découvraient TOUT. Et oui… elle m’avait démasquée. Moi, ancienne membre des Totally Spies, espionne aguerrie, experte des manigances ; sans même avoir eu le temps de me justifier, l’on m’avait capturée. Elle avait découvert le billet. Ce soir-là, je me rappelle avoir pris pas mal de volées car je multipliais les mensonges pour protéger mon secret. Je finis toutefois par dire comment je m’étais procurée ce billet car mentir ne faisait qu’accroître sa colère. Sérieusement, de quoi te doutais-tu ? Que ça l’enchanterait ? Voyons !
    Je rendis le billet à mes grands-parents accompagné de mes plus plates excuses. J’étais blessée. Autant physiquement que psychologiquement. Outre la colère que j’éprouvais contre ma mère, ce qui me touchait le plus était que mon plan infaillible n’allait jamais voir le jour…
    Maintenant que j’ai mûri et grandi, je suis heureuse que ma mère ait découvert ce billet et m’ait expliqué que ce n’était pas correct car sinon, à l’heure actuelle, j’aurais peut-être continué en pensant ne rien faire de mal et mon geste insouciant aurait pu devenir une habitude pour le plus grand malheur de mes proches et du mien.
    MERVILLON Alizée, 3ème1

  •  Xavier: Le drame d’un émigré antillais de Tony Delsham raconte l’hisoire de Xavier, un jeune Martiniquais. Le jeune homme, parvient (tant bien que mal) à sortir de la pauvreté mais cela n’est pas de tout repos. Au cours de sa vie, Xavier est comme atteint d'une malédiction et une pluie de malchances ne cesse de s’abattre sur lui. Drames sur drames, mésaventures sur mésaventures, ce jeune homme vit un vrai calvaire qui, par moments, se met “en pause” laissant place alors à une once de bonheur.
    J’ai beaucoup aimé ce livre. Il m’a enrichie et malgré le fait que ce soit de la fiction, beaucoup de faits peuvent être reliés à la réalité. Il ne manque pas de péripéties! Ce livre, peut être comparé à “Papa est-ce que je peux venir mourir à la maison?” écrit par le même auteur. Tous deux abordent des problèmes sociaux, économiques et politiques du monde Antilles-Guyane.

    MERVILLON Alizée 301

  • Ah la jalousie, 
    Ce sentiment qui fait que tout le monde t'envie,
    N'importe qui, moche ou joli.
    Tous ceux qui prétendent être tes amis
    Ne sont en fait que des bandits, 
    Qui encore et toujours t'envient. 

    DELANNAY Edwin, 4ème1

  • Ce matin en cours d’SVT j’ai travaillé sur le microscope.

     C'est un instrument de science qui permet de regarder quelque chose qu’on ne voit pas à l’œil nu.

     

     
     
     
     
    Sur le microscope, il y a trois objectifs comme le petit(x4) le moyen(x10) et le grand(x40)

    Pour faire la mise au point ,on tourne d’abord le bouton de commande de la crémaillère (La vis macro métrique)
    La vis micrométrique sert à ajuster avec précision la mise au point.

    Nous avons placé une lamelle de verre sur la platine.



     

    Sur la lamelle fournie par le laboratoire il y avait écrit : spermatozoïdes homme.
    Voici ce qu’on devait voir :


     
    Ilan MERLE 4ème1
    Mardi 24 Février 2021

  • Article tiré de France Antilles

    Plus d'infos sur le site https://www.tmafestival.com/

    Port Louis : des collégiens préparent depuis plusieurs mois un voyage au Bénin

    Connaitre son passé pour mieux appréhender son futur, tel est le fil conducteur qui motive des élèves de 5ème de 4ème du collège de Port-Louis dans leur projet de déplacement en Afrique, précisément au Bénin.

    Le grand projet, qui anime des élèves de 5ème et de 4ème (option patrimoine) depuis plusieurs semaines, consiste à finaliser un déplacement en Afrique et plus précisément au Bénin. Il devrait se concrétiser, si tout se passe bien, en 2022. Un voyage permis par l’association Génération Timoun TMA dont les fondateurs sont Suzanne Dimosi et Thierry Chaffanel. Si ce projet paraît ambitieux, il a déjà été réalisé en 2019, par des élèves de 4ème du collège Alexandre Macal de Saint-François. Une nouvelle réunion a eu lieu, il y a quelques jours, avec toutes les parties prenantes (communauté scolaire et partenaires). Une première s’était déroulée en fin d’année dernière. « On peut penser que c’est un projet incroyable et un peu fou mais pas du tout puisque que c’est un projet qui a déjà été réalisé en 2019 par un autre collège. Il y a donc toute l’expérience accumulée derrière. Ainsi, cette entreprise est non seulement réalisable mais nous allons le faire à notre tour. Merci à la commune de Port-Louis qui nous accompagne et surtout merci à l’association Génération Timoun TMA d’avoir pensé à nous et de nous apporter toute la logistique et l’expérience nécessaire » avait déclaré le Principal du collège de Port-Louis, Thierry Kiledjian lors de la première réunion parents-élèves pour la présentation du projet, en novembre dernier. 

    Dans les traces d’une histoire commune 

    Le professeur d’histoire Duncan Durimele, co-organisateur du projet, reste sur la même longueur d’onde. « C’est un projet très important, et unique pour nous. On dit souvent que les voyages forment la jeunesse et souvent c’est le cas. Les élèves vont partir loin pour apprendre davantage sur eux. Le projet s’inscrit dans un enseignement pratique interdisciplinaire assez large qui regroupe le français avec Cindy Jean-Joseph, la technologie, avec Nathalie Alberto et Denise Gustave, documentaliste qui participera également à l’opération. Concernant ce voyage particulièrement, l’année prochaine, en 4ème, nous allons étudier l’histoire de la Traite négrière et l’Afrique. Ce sera l’occasion de casser les clichés sur ce continent car bien souvent on l’associe à la pauvreté. Ce voyage est là pour montrer qu’avec les Antilles, il y a des passerelles. Beaucoup de nos contes et légendes sont en partie hérités des contes et légendes béninois. Beaucoup d’Africains qui ont été emmenés en Guadeloupe venaient de la côte occidentale de l’Afrique, du Bénin plus particulièrement. Quelle est la vie d’un élève de 4e de l’autre côté ? Nous voulons ouvrir le regard de nos enfants et les former à être des citoyens de demain. 

    «Un voyage scolaire initiatique » 

    Un voyage pédagogique pour transmettre à la jeune génération le savoir des ancêtres disparus. L’histoire de l’Afrique et de la Guadeloupe remonte bien loin dans le temps. Si certains préfèrent oublier cette affiliation, d’autres tentent de réconcilier le passé et le présent pour refaire du lien. « A travers ce voyage scolaire initiatique, construction et pédagogique, nous souhaitons emmener les enfants de la Caraïbe à l’école en Afrique, confie Suzanne Dimosi. Ce voyage est le fruit d’une ambition commune de Thierry Chaffanel et de moi-même. Il s’agit de notre bébé que nous avons porté durant 9 mois. Ça a été compliqué parfois, à tel point que j’ai pensé qu’il faudrait une césarienne mais fort heureusement, ce bébé est venu au monde en 2019 et depuis, il se porte bien. Originaire d’Afrique, j’ai envie de tabler sur notre jeunesse par la transmission et rien de mieux que de retourner aux sources sauf qu’un tel voyage ne s’improvise pas sans le concours de partenaires » 

    Le financement, l’affaire de tous 

    L’association est la transporteuse et la logisticienne. Elle organise les choses avec l’aide de partenaires au Bénin qui nous accompagnent, nous restaurent, nous hébergent et nous soignent. Pour une bonne organisation, le financement est l’affaire de tous. Les élèves tout comme les parents devront prendre leur part et être force de propositions » a expliqué Thierry Chaffanel

    Elle a dit – Elisabeth Desbois-Dimosi, professeure d’histoire du collège Alexandre Macal. 

    « Ça été une expérience extraordinaire. Ce projet est né d’un rêve de ma sœur qui s’est concrétisé avec le soutien de Thierry Chaffanel et de toute une équipe à Paris et en Guadeloupe. Quand j’ai présenté ce projet de voyage dans un pays francophone à mes élèves de 5ème de l’époque, ils ne pensaient pas qu’il s’agirait de l’Afrique, loin de là. Pour exprimer leur envie, ils ont donc dû   écrire une lettre de motivation consistant à donner la raison pour laquelle nous devions les choisir, eux plutôt que d’autres. J’ai fait passer le message à toutes les 5èmes puis, nous les avons sélectionnés. En quatrième, nous avons constitué les équipes et avons travaillé durant 2 ans. Nous n’avons jamais pensé que cela ne se réaliserait pas, ni les difficultés qu’il pourrait y avoir. Nous avons simplement cru.» 

    Retrouvez l’article complet ICI